Saint Valentin. Laval : « Le Glob-journal » prépare un dossier de presse romantique pour déclarer sa flamme au maire

À la rédaction du Glob-Journal, c’est l’effervescence. À l’occasion de la Saint-Valentin, le fondateur du média social mayennais, Thomas H, prépare : « un grand dossier sur Florian Bercault, afin d’expliquer à tous nos concitoyens la magnificence de toutes les décisions prises par le nouveau maire de Laval ». Oui, dans sa rédaction, décorée uniquement de roses rouges et d’un portrait de François Mitterrand, Thomas H l’avoue : « je suis tombé sous le charme de Florian, j’aime tout chez lui, mais surtout et avant tout qu’il est de gauche. Alors, j’entends lui prouver mon amour pour la Saint-Valentin ».

Organigramme de la ville de Laval, source : le glob-journal

Articles dithyrambiques, éloge à la nouvelle municipalité, depuis les dernières élections municipales, Thomas H est heureux, et cela grâce à Florian. Il revit après le mandat de François Zocchetto. « Nous avons dû subir durant six ans la tyrannie d’un centriste, un maire même pas à gauche à Laval. J’en ai pleuré durant deux jours à cette époque. Je ne peux pas comprendre les gens qui ne votent pas à gauche. La gauche, elle a tout et surtout en premier lieu, elle est démocratique. Et si les électeurs votent contre la démocratie, je pense qu’il faut leur retirer leur carte d’électeur. Seuls, les gens de gauche doivent avoir le droit de voter, c’est pour le bien de tout le monde, c’est pour la démocratie ».

Si on fait remarquer l’absence d’objectivité au journaliste, il le convient. « Mais, évidemment, je ne peux être objectif. Prenez, Florian, un vrai homme gauche, il est beau, jeune, tout ce qui fait est extraordinaire. On m’a dit qu’il était thaumaturge. Bon, je n’ai pas vérifié, mais je le crois. Je ne peux tout de même pas le traiter de la même façon qu’un homme politique de droite. À droite, ils sont tous fourbes, agissent uniquement pour leur profit, ils manigancent. Regardez, bien, les hommes politiques de droite ont souvent des chemises avec cravate. Ça veut bien dire quelque chose. Non, honnêtement, on ne peut pas les traiter de la même façon que les gens de gauche », termine Thomas H.

Et d’ailleurs, pourquoi ce nom Thomas H ? « Bon, tout le monde le sait, je m’appelle Roland F. Je cherchais un pseudonyme au début du Glob. J’ai longtemps hésité, au début, je voulais prendre Jean J, François M ou François H. Et puis, je me suis orienté vers Thomas H. C’est un hommage à Thomas Harris, l’auteur du Silence des agneaux. Je me suis toujours comme le Hannibal Lecter du journalisme. J’aime mordre mes interlocuteurs, même sans raison. Pour allez, je vous laisse, j’ai les hagiographies d’Antoine Caplan et de Bruno Bertier à écrire ».

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s