Laval. Les manifestants dénonçant « la dictature nazitaire » déçus de ne pas avoir été déportés en camp de concentration en fin de journée

« Non, mais je m’étais organisé, fais mes adieux à ma famille et mes deux enfants, j’ai même pensé à prendre quelques affaires comme pour être mis dans un train à bestiaux avant d’être bien sûr parqué au stade Francis Lebasser, mais rien, déçu… ». Xavier, 41 ans est un résistant depuis la première heure « Ouais, depuis environ 10 jours, j’ai toujours été un militant, je ne me laisse plus faire depuis que je n’ai plus le droit de faire ce que je veux, mais là je dois dire que j’ai été extrêmement déçu par cette police bienveillante qui a accepté notre manifestation et la encadrée au niveau de la sécurité. Rien, même pas une petite main arrachée, un œil borné ou un petit gaz lacrymogène. Je peux vous assurer que je ne vais pas me laisser faire. Dès demain, je vais vous mettre un ou deux commentaires bien saillants sur le groupe sur les réseaux sociaux dans le groupe “Collectif Mayenne Défense des Libertés” entre deux posts de fakenews sur l’Ivermectine et Martine Wonner.« 

Laurette Josserand, présidente hypnothérapeute et cartomancienne avoue ne pas comprendre elle-même cette bienveillance de la part des forces de l’ordre “Écoutez, une dictature sanitaire ça demande un minimum d’organisation. Regardez, Hitler, il avait ses défauts, mais il était organisé lui au moins…Non là c’est du grand n’importe quoi. Enfin, encore heureux les cartes m’ont prédit que ma boîte ‘La Poste.net’ va être piratée par la NSA, la CIA, les RG et les communuty manger d’Interflora. Sinon je ne me vois pas continuer comme cela. Du coup la semaine prochaine faudrait qu’on pense à se monter la rue des Déportés pour passer un message clair de souffrance.« 

On envisage de faire une rave party’

Le collectif qui tente de passer un message clair sur la nécessité d’abolir le passe sanitaire souhaite absolument ouvrir le débat sur la liberté vaccinale. Claire, inscrite sur Facebook depuis 2009 précise son point de vue car elle refuse les amalgames « Ha non, on est pas anti-vaxx, on est juste contre le Pass sanitaire, on pense que la liberté individuelle est quelque chose qui se défend. Alors oui, ya une épidémie et oui il faut trouver une solution. Nous on est prend le parti de gueuler et de ne rien proposer en contrepartie. C’est vrai, c’est quand même ma liberté de contaminer et tuer autrui de manière indirecte.« 

Un camp de résistants

Face à cette clémence policière, le collectif envisage d’organiser une Rave party sans prévenir. « Ha bah visiblement, ça semble être la seule chose qui permet de vivre des violences policières. Mais bon, défendre la musique electro dans mon champ, ça m’emmerde un peu. C’est un peu mes privilèges que je défends, celui de choisir de ne pas mettre n’importe quoi dans mon corps » précise Jackie tout en inhalant sa cigarette électronique.

Quelle sera la prochaine étape du collectif ? « On pense à un meilleur slogan plein de points de suspension comme mes posts sur Facebook… » indique Laurette Josserand, fans incontestée de Louis fouché, « …Mais si on suit notre propre logique, on sent comme une légère contradiction. On commence à se rendre compte que défendre nos libertés individuelles, sans projet et responsabilités pour le collectif revient à ne penser qu’à notre propre individualité. Alors on envisage d’écrire “Pour ma gueule, uniquement pour ma gueule, mais tous ensemble”’.

Sources détournement images : France bleu et paysbasqueaucoeur