Municipales. Demain Laval ensemble : violente dispute entre écolos et socialistes après la découverte de bouteilles de verre dans le bac jaune de la permanence

« Je vous préviens, personne n’ira en récréation tant que la personne incriminée ne se dénoncera pas. Oui Lucie, je peux punir toute la classe si je veux, c’est comme ça… » annonce solennellement Isabelle Eymon du haut de son estrade. Le ton monte dans les locaux de la permanence de Demain Laval Ensemble. Les deux listes, qui n’arrivaient pas à s’entendre avant le premier tour tentent une énième réconciliation afin de faire barrage à Didier Pillon, mais la co-habitation n’est pas toujours aisée. Une simple bouteille de Perrier a mis le feu aux poudres dans les locaux. Joe, agent de sûreté dans le civil a dû personnellement intervenir. « C’était de la folie, j’ai vu une écolo prendre le masque d’une socialiste qu’elle avait confectionné elle-même pour lancer du compost sur ses anciens adversaires. J’ai du la taser, ça m’a fait mal au cœur. Je n’aime pas gâcher les batteries pour rien, ce n’est pas bon pour la planète…« 

Il est vrai que depuis plusieurs jours le mariage des deux listes ne connaît pas toujours une nuit de noces des plus douces. Certains écologiques remettent en cause les convictions de l’élu socialiste. Isabelle Eymon reproche notamment à Florian Bercault de venir à la permanence avec une vielle Renault cinq turbo diesel de 1992 afin de se donner un petit air gauchiste. Le reste de son équipe souhaite également mettre en place un système de gourde ce que les socialistes refusent, car ils estiment que le plastique, ça se recycle…

Kaplan_Turbine
Antoine Caplan qui turbine

« Un backfunding global retro-confunder de notre économie globalisée »

Florian Bercault, chef d’entreprise continue pourtant de défendre sa vision d’une croissance verte : « Oui, certes, je suis issu du monde des start-up. Mais je ne pense pas que le backfunding global retro-confunder de notre économie globalisée soit incompatible avec un re-back nature, découverte and co et une une croissance retropédalage sur fond de mot compte double au Scrabble. Selon moi, l’écologie et le monde des starts-up repose sur une confiance anthropolarthrite et solidaire. Et cela que la droite et le centre droit n’a pas compris. Ce qui, si je me peux me permettre, est très simple à saisir« .

Le candidat proche du député socialiste estime également que les exigences en termes d’écologie d’Isabelle Eymon sont trop importantes, ce que rétorque l’enseignante de formation. « Tout de suite, dès qu’on demande à 3 socialistes de pédaler pendant 5 heures sur un vélo relié à une dynamo afin d’économiser l’électricité pour envoyer un email ça agace. Oui, c’est vrai, j’avais oublié la pièce jointe dans mon dernier email, mea culpa. Mais regardez les cuisses de Noémie et d’Antoine, depuis qu’ils font campagne avec nous, ils pètent la forme. Antoine, boit un coup quand même pour éviter les crampes. NOOOOOOON pas dans une bouteille en plastique Antoine, on en a déjà parlé.« 

Malgré une réconciliation temporaire, le mystère autour des bouteilles de vert mal consignées n’est toujours pas réglé. « Ce n’est pas moi, c’est sûr, mon fils m’a appris à trier les déchets dès 1998″ rassure Béatrice, jeune retraitée socialiste, tout en brandissant une photographie de son fils adoré qu’elle aime plus que tout au monde. Aucun doute non plus sur Guillaume Garot, en effet le député qui était gentiment en train de terminer son plat d’épinards pour ne pas gâcher la nourriture. Les soupçons se portent curieusement sur Isabelle Marchand, l’ancienne colistière qui a rejoint Didier Pillon. Celle-ci aurait gardé un double des clefs.  « Moi je la soupçonne de rentrer la nuit pour échanger les déchets et semer la zizanie dans notre groupe«  évoque Michelle Lanièce « Mais bon, je dis ça je dis rien. J’ai lu ça sur Whattapp et le Glob journal… »