Téléphone dans les cellules de la prison de Condé-Sur-Sarthe : des détenus harcelés pour l’isolation à 1€

« Non, je le répète je ne suis pas propriétaire !« . Depuis quelques mois, les prisonniers du centre de détention de Condé-Sur-Sarthe près d’Alençon se plaignent d’être harcelés au téléphone pour du démarchage commercial. Patrick B, détenu condamné à 15 ans pour évasion fiscale, évoque son agacement « Ça a commencé par des propositions d’abonnement chez Free pour toute la prison, puis les appels pour l’isolation à 1 euro ont commencé à se multiplier. Des fois en pleine nuit. Le pire c’est qu’on ose même plus décrocher, ma femme a essayé de m’appeler 12 fois et je n’ai pas décroché de peur de tomber sur une opératrice« .

Démarchage-téléphonique
« Non, je suis pas free »

« Vous savez, avec les aides de l’État, on peut améliorer votre logement »

Malgré le fait que les prisonniers indiquent ne pouvoir engager de travaux sans l’accord du propriétaire, rien n’empêche les démarcheurs d’insister au quotidien. « J’ai rappelé à l’opératrice que j’avais pris 20 ans pour avoir détruit sans l’accord de mon employeur une préfecture entière« , concède Jordan, terroriste breton repenti. « Alors je ne vais pas m’amuser à relancer des travaux entiers dans la ville »

Éric, qui dort sur un lit dont les draps qui n’ont pas été changés depuis 2 mois, est las des conseils des démarcheurs. « Quand on vous balance qu’avec les aides de l’État on peut améliorer nos conditions de logement. C’est vraiment mal connaître la surpopulation carcérale. Alors, ça fait des années que je demande au proprio la réparation de la chaudière, ce n’est pas maintenant qu’il va me changer l’isolation… »

Source détounement photo : L’Orne Hebdo