Orne. Les Alençonnais fêtent avec fierté le Jubilé de l’invention de la Cédille

« C’est un grand événement pour nous tous », indique le maire Damien Thomas, « Avant d’avoir cette cédille on passait vraiment pour des idiots. Maintenant, tout le monde nous l’envie« .

Drôle d’histoire qui a commencé en 1959, les habitants de l’époque s’étaient regroupés en un petit comité afin d’améliorer l’image de la ville. Jean Duçon, 89 ans, s’en remémore comme si c’était hier « Je me souviens, on s’était donné RDV au café des Lilas, anciennement le café des Roses, anciennement le café de Ginette et André, anciennement sur un terrain vague. Et bien avec les copains de l’époque, Jean, André, Roger et Martine, on en avait assez que les gens prononcent la ville « Alenkon », ça nous faisait passer pour des idiots dans toute la Normandie. C’est pas tant que ça nous dérangeait » raconte avec passion le retraité calligraphe «  En fait c’était globalement vrai, mais avec les nouveaux moyens de communication (téléphone, anciennement télégraphe), on ne souhaitait pas trop que ça se sache. »

C’est à cet instant précis que Martine a eu une idée formidable. « Ouais, elle était bien son idée à ma femme, c’est pour ça que je lui ai piqué avant de divorcer » avoue André Groçus, anciennement mari de Ginette « L’idée était simple, on allait inventé un truc qu’on allait mettre sous la lettre C, et on changerait la prononciation. Je ne sais pas si c’est parce qu’on est normands, mais cette idée est passée crème »

Transformer l’Orne en Licorne

Modifier l’alphabet pour donner plus de glamour à une ville peut paraître rocambolesque voire même tricher un peu sur la toponymie, mais pour Jean Ançulet c’est tout à fait normal « Bah déjà, on fait ce qu’ont veut. Et puis dans la mesure où on réussit à faire de la dentelle une mode dans le coin, on peut tout se permettre dans l’Alençonnais. Non, mais sans déconner, la dentelle, on a pas vu telle arnaque culturelle depuis l’invention du Gruyère en Suisse en 1458 ».

alenconvestigelettre
Photo d’illustration hors-sujet pour envoyer du lourd.J’aime bien les canons

Bref, petite manipulation ou vraie tradition, Alençon vit maintenant depuis 50 ans avec sa cédille qu’elle a développée dans tout le vocabulaire français. Néanmoins, son utilisation qui est protégée par l’UNESCO au patrimoine immatériel de l’Humanité inspire des idées, mais aussi des convoitises. Le conseil départemental, anciennement conseil général, prévoit de transformer l’Orne en Licorne, afin de mettre un caractère plus girly et jeun’s au département.

Par contre la ville de Mâcon qui souhaiterait racheter la cédille aux entreprises des bâtiments du même nom s’oppose aux nombreux refus de l’association des habitants. « Les gars de l’est là ? Or de question, qu’ils aillent bien tous se faire ençuler » rajoute André Puceau, adjoint au maire de la ville, qui rêve un jour de pouvoir placer la cédille en haut du C pour inverser la prononciation.

 

 

Photos détournées : Gros canon, Cédille. 

Publicités