Laval. François Zocchetto déménagera l’hôtel de ville dans le VIIIe arrondissement de Paris pour se sentir plus proche des électeurs

« J’ai bien compris qu’on me reprochait à un an des municipales d’être trop éloigné des Lavallois » rappelle le Maire de Laval « Accepter ce travail à mi-temps, en plus de la gestion du cabinet avec Oliv a été mal perçue. Et bien parfois, il faut savoir écouter ou tout du moins faire mine.« 

Alors aux grands maux, les grands moyens. Le maire a donc décidé de relever ses manches avec son ami Bruno Lucas pour déménager brique par brique l’hôtel de ville directement dans le VIIIe arrondissement de la capitale. « Certes, ça fera un peu de route pour nos contribuables, notamment lors des mariages, mais ce sera également l’opportunité de lier la capitale avec la Province, les jacobins avec les paysans. Et puis la ligne LGV trouvera enfin une utilité des plus gratifiante. Nous ferons en sorte que les horaires de la mairie correspondent avec ceux du Train. Laval deviendra un peu une nouvelle banlieue. » assure le maire à ses nouveaux électeurs franciliens

« Renommer la ville Lavallois-Peret est un bon projet »

Mais le projet de rapprocher Paris à la capitale ne s’arrêtera pas là selon l’avocat. « J’envisage de changer également le nom de la commune de Laval en Lavallois-Peret. Déjà, pour montrer aux Mayennais qu’on peut tout à fait lier politique locale et vie professionnelle parisienne. Et puis y’a un côté symbolique dans cette modification. Depuis tant d’années que nous essayons de faire nos petites affaires entre élus locaux, sans jamais se faire vraiment attraper, cela valait bien un petit clin d’œil au couple Balkany. »

François Zocchetto, convaincu de la pertinence de sa décision sait la justifier sans sourciller « Il est vrai que j’aurais pu rester sur Laval, mais je trouve normal que ce soit les presque 50000 Lavallois qui fassent un effort de rapprochement. Un enfant ne doit-il pas suivre ses parents lors que cela est nécessaire. Ils comprendront que depuis que j’ai perdu mon indemnité de Sénateur, il faut bien que je travaille pour ramener du bois de chauffage à la maison. Mes décisions ne sont pas toujours bien comprises, mais mon objectif n’est pas de prouver que les électeurs ont tort, mais juste de leur dire. »

Du côté des citoyens, le projet de déménagement est compris avec une résignation. « Non, mais, ouais », commente Raoul, habitant du Ve arrondissement de Grenoux. « Ça peut paraître curieux comme décision, mais s’il veut se trémousser avec des jeunes filles avec Jean-Vincent Placé, il vaut mieux que ce soit nous qui fassions le déplacement. Après tout, quand il faut tirer les ficelles en politique, l’important ce n’est pas la longueur du fil, mais ceux qui les dirigent. Et François a bien assez de marionnettes dans le coin pour continuer à nous prendre pour des guignols depuis la capitale« .

 

Source image détournée : Wikipedia

 

 

Publicités