Caen. Un automobiliste qui changeait juste son pneu devient le messie des gilets jaunes en une journée

« C’est incroyable, ils m’ont tout de suite adopté, je n’ai rien compris ni vraiment rien voulu en fait« . Moment inattendu pour Matthieu, jeune trentenaire de 21 ans en voulant prendre le périphérique de Caen porte du Bessin, il se retrouva dans une situation des plus rocambolesques « À peine sur l’échangeur, j’ai senti que mon pneu avait touché une forme quelconque. Quand je suis descendu, j’ai vu que mon pneu avait heurté un flacon de cornichons qui servait à faire des sandwichs aux rillettes pour les gilets jaunes ».

Ni une ni deux, Matthieu prit le crique dans le coffre de son Pick-up diesel datant de 1999, plaça son triangle rouge à 12 cm de l’arrière de la voiture et enfila son gilet jaune pour plus de sécurité « Ouais, alors le gilet jaune, c’est normal. Par contre le triangle rouge, normalement c’est à 100 mètres, mais je vais pas me faire chier à faire cette route à pieds même si je sais qu’on va voir ma voiture avant mon triangle de signalisation ».

« Je n’ai aucun combat politique, je ne vais rarement voter surtout si les élections sont un dimanche »

Mais pendant qu’il changeait sa roue, un groupe de gilets jaunes qui passait par là apprécia sa détermination et comprit qu’il pouvait enfin devenir l’envoyé, le Messie, qu’ils attendaient tous. « Leur mouvement manque d’un leader anonyme qui ne soit pas politisé, je crois que ce qu’il leur a plu en moi c’est mon absence totale de personnalité. Je n’ai aucun combat politique. En dehors du second tour des Présidentielles, je ne vais rarement voter surtout si les élections sont un dimanche et en plus, histoire de me rendre totalement banal, j’écoute du Calogero« 

Matthieu s’est très vite intégré au groupe « J’ai appris à enchainer les Heineken sans roter, puis à roter d’un coup. J’ai insulté des journalistes de BFM TV tout en criant qu’ils faisaient leur boulot tant bien que mal. J’ai appris à écrire ‘Macron démiçion’ à la bombe aérosol. J’ai également lancé un organisé un débat dans le rond point ‘Pour ou contre les trous dans les chipolatas durant un barbecue’ et sincèrement, à part les 12 blessés durant les discussions, j’ai trouvé cet échange pertinent entre les gilets jaunes.

Ceci étant après une journée bien chargée, Matthieu a dû se rendre à l’évidence que ce lieu n’était pas pour lui. « Bah primo, j’étais là, mais je ne savais plus trop pourquoi, au début on me parlait du diesel, puis on m’a conseillé de voter Mélenchon en 2022 tout en me rappelant que les étrangers devaient quitter notre pays. À la fin, je crois que plus personne ne comprenait ce qui se passait. On restait là, à empêcher les gens d’avancer et on avait oublié pourquoi. Je crois que c’est ça le peuple, il n’est pas content, pour tellement de raisons, qu’on arrive presque à en oublier pourquoi on est là. »

Le Caennais s’éclipsa alors discrètement vers 21h30 après avoir mangé sa douzième galette saucisse. « J’ai été con, j’ai dit que j’avais voté Macron en 2017 pour me rattraper d’avoir voté Hollande en 2012…les mecs m’ont dit qu’ils acceptaient tout le monde sans distinction, mais avec un minimum de sens politique quand même. Mais je crois que c’est surtout quand je leur ai dit que Calogero était le meilleur chanteur français de ces 20 dernières années qu’ils m’ont ostracisé. Et là, c’est non pas un pneu que j’ai dû changer, mais quatre ».

 

Source image détournée : lien

Publicités