Quimper. Jour du dépassement : une étudiante se retrouve à découvert le 1er août après avoir payé une tournée avec sa première paye

Elle était heureuse Manon , tout juste 18 ans depuis la fin juin. Son père lui avait trouvé un travail dans une usine d’emballage de poulets non binaire. « C’est un métier difficile, mais j’ai de la chance, ça paye mal. En tout cas, tous les immigrés qui travaillent avec moi ne s’en plaignent pas, alors bon, je ne vais pas m’en plaindre non plu ». Les amis de Manon étaient jaloux d’elle, comme Kévin, 19 ans qui s’est vu obliger de travailler dans le bureau de son père : « Je passe mon temps à faire des parties de solitaire et de poker en ligne. J’ai perdu déjà 500 euros. J’envie Manon qui n’est pas touchée par toutes ses petites distractions du quotidien du boulot d’été, à part peut-être l’envie de nuggets ou de KFC…« 

« Aller en Espagne se taper des cocktails et bouger leur corps par cette chaleur, alors que moi je suis au frais dans une chambre froide tout le long de l’été« 

Manon venait de toucher ses 1200 euros mensuels pour ses 259 heures de travail qu’elle décida de fêter sa première paye en compagnie de ses amies Christine et Julie : « Il fallait vite fêter ça, elle allait bientôt partir à Ibiza avec leur famille, je ne les verrai plus du mois d’août. Je les plains un peu, aller en Espagne se taper des cocktails et bouger leur corps par cette chaleur, alors que moi je suis au frais dans une chambre froide tout le long de l’été. Je me devais de leur payer un coup. » Manon paya un coup à tous ses amis et se retrouva dès le début du mois à découvert. « J’ai moins d’argent que fin juin alors que je n’avais que de l’argent de poche. Mais ça me fait tellement plaisir de donner plus et payer des shooters pour mes amis qui ne connaissent que les conséquences de l’oisiveté et la luxure estivale alors que moi jeune vierge, je devrais attendre qu’un étudiant de master en journaliste parisien puceau me drague vers septembre ou octobre »

Manon compte bien rester en contact avec toutes ses fréquentations du lycée Immaculée Conception de Laval à la Rentrée : « Enfin si j’ai le temps » nous rappelle-t-elle « Parce qu’entre mes études, le babysitting et mon boulot au McDo, je ne sais pas si j’aurais le temps d’aller les voir dans leur nouvelle école de cinéma privée à 37000 euros l’année que leurs parents consultants leur paieront. Je les verrai peut-être si elles commandent un Bic-Mac »

Publicités