Pontivy. Au bout de 3 heures, il se rend compte qu’il s’est trompé de spectacle de Noël

« J’ai encore mal aux genoux à force d’être resté par terre aussi longtemps ». Éric, 32 ans, n’est pas vraiment un papa poule « Ouais, moi les fêtes, les réunions parents-profs, ça m’emmerde. Par exemple pour mon aîné qui est au collège, je prends souvent RDV qu’avec la prof de musique et celui d’arts plastiques, personne ne fait la queue. »

Mais ce mercredi était spécial pour la vie de famille du jeune trentenaire : « J’ai eu une grosse grosse pression de la part de ma femme. Si je déconnais pendant les fêtes, elle partirait avec les enfants. Les enfants je veux bien qu’ils partent, mais pas ma Christine… »

Éric avait donc tout prévu. « J’ai pris le caméscope, le pied de fixation, des batteries de secours, un thermos de café et j’ai suivi des tutos pour bien caler mes zooms pendant la fête de l’école. » Le papa a donc bien joué le jeu, 3 heures de film non-stop, concentré, sûr de lui, il était de marquer enfin un point dans sa vie de couple. « J’ai même pas dragué la mère d’élève qui était à côté de moi et je me suis retenu de mettre du rhum dans mon café. J’avais géré ».

« Il n’y avait qu’un gamin déguisé en lutin vert dans le spectacle, mais il s’appelait Mohammed« 

Le vidéaste amateur a capté tous les moments du show des enfants : « Les elfes, le directeur de l’école en Père Noël endormi dans son fauteuil en attendant son tour. J’ai tout enregistré. Le plus drôle restera le gosse déguisé en rêne qui est tombé de la scène. Un moment magique… »

Malheureusement, Éric s’était trompé d’école, n’ayant jamais été les chercher en fin de journée, il a toujours cru que ces derniers se trouvaient à l’école de la Selle. Cependant ils étaient en fait affectés à l’école Jules Ferry, de l’autre côté de la ville. « Bah mon fils m’avait dit qu’il serait déguisé en lutin vert. Il n’y avait qu’un gamin déguisé en lutin vert dans le spectacle, mais il s’appelait Mohammed. Il est vrai que des fois j’oublie le nom de mes enfants, mais là pour le coup, ça ne colle pas trop avec « Martin ». En même temps je l’ai pas choisi ce prénom, sous prétexte d’être arrivé à la maternité 3 jours après sa venue au monde. Si on peut même plus fêter une naissance peinard. Devenir père reste quand même le plus beau jour de ma vie, tous mes potes m’ont payé un verre…« 

Publicités