Salmonelles. Lactalis se rattrape et lance SMECTACTEL, le nouveau lait en poudre contre la diarrhée aiguë

Après le retrait de 620 produits pour enfants, le groupe Lactalis craint pour son image et décide de se racheter et rassurer ainsi le consommateur. La Rédaction a tenté de contacter Emmanuel Besnier afin d’avoir un avis plus clair sur la situation, mais après deux coups de téléphone et un message sur le répondeur, celui-ci à porté plainte pour atteinte à la vie privée*. Un de ses conseillers a cependant bien voulu s’exprimer à sa place, sans langue de bois  :  « Ouais, bon ça égratigne un peu notre réputation. » avoue ce dernier « Mais bon, vous savez avec les salmonelles, on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs. Tu saisis ? Salmonelles ? Œufs ?« 

C’est dans cette perspective que la firme spécialisée dans l’agroalimentaire a décidé de s’associer avec un laboratoire pharmaceutique pour lancer un nouveau produit qui réconciliera tout le monde : SMECTACTEL, l’alliance parfaite entre du lait en poudre et un bon vieux SMECTA. « Ouais c’est nickel ça. On a créé la demande en foutant des salmonelles et maintenant on créé l’offre avec SMECTACTEL » se félicite l’employé. « De plus, on pourra mettre ce qu’on veut dans le lait, ça passera inaperçu. On compte aussi mettre des vaccins antituberculeux en scred, on ne sait jamais, des fois que… »

« Qu’est-ce qu’on y peut si les vaches ne sont pas toujours pasteurisées »

Malgré tout, la firme reste assez floue sur la transmission de la salmonelle dans un produit qui était censé être très contrôlé. « Roaooooah c’est bon, c’est qu’une salmonelle. Pas du lait frelaté comment en 2008 chez les Chinois non plus. Y’a toujours un risque sanitaire, mais qu’est-ce qu’on y peut si les vaches ne sont pas toujours pasteurisées. Avec vous les médias, c’est toujours nous les fautifs. Dans le parcours du produit, faudrait regarder du côté des fournisseurs, pas toujours nickel leur lait.  Enfin, les agriculteurs ne font pas toujours des efforts aussi. Faut rappeler que le pie de la vache n’est pas si éloigné que ça de son anus. Alors nous accuser nous, je trouve ça un peu facile voyez-vous. Et puis au prix où on les paye, m’étonnerait pas qu’ils fassent des coups foireux. Aucune moralité ces pécores. Faut s’en méfier, surtout venant des mecs du pays craonnais. Quand on se dit Angevins et qu’on vit en Mayenne, y’a de quoi se méfier… »

*le procès est prévu pour 2018 et sera rediffusé sur France 2 en replay

Publicités