Rennes. Il casse son Plan épargne logement pour se payer un aller simple vers Paris sur la LGV

Il n’attendait que cela : gagner une demi-heure de trajet sur la ligne Paris-Rennes. Cédric est heureux son rêve vient de se réaliser « Des années que je l’attends et cela n’aura pas été inutile » se réjouit le jeune Rennais. « La LGV Paris Rennes est enfin en marche, après des millions d’euros de travaux, plusieurs viaducs, des centaines de déviation. Le jeu en valait vraiment la chandelle, Rennes est plus près de Paris…d’une demi-heure. »

La Cour des Comptes a épinglé les LGV plus d’une fois, reprochant à celles-ci, de ne pas être rentable, de rapprocher des métropoles qui l’étaient déjà au détriment des TER ou autres lignes intermédiaires « Roooh, tout de suite. On voit les choses du mauvais côté » commente Cédric « C’est pas beau un train qui va plus vite, traçant sa route dans des champs de populations isolées, qui ironiquement devront faire des kilomètres en voiture pour prendre le train ? Et pis, regardez en Mayenne, on a relié Laval à Angers et Nantes. La où on est fort c’est de vous avoir fait croire que c’était le projet initial, alors que bon, la LGV, on l’aurait faite quand même… »

Le jeune actif avait économisé pendant des mois pour se billet un aller retour vers Paris, mais cela n’aurait malheureusement pas suffi « Ouais, le billet n’est pas donné, j’ai dû casser mon Plan épargne logement. Mais ça vaut vraiment le coup. Rendez-vous compte,  je vais pouvoir surfer sur Internet en même temps depuis mon Nokia 3410. Oui, ils ont installé des antennes 4G tout le long de la voie. C’est pas formidable ça ? »

« Un emprunt sur 5 ans pour se payer un café au wagon-bar »

Cédric est un passionné des TGV, depuis toujours il aime utilise ce mode de transport de plus en plus onéreux. « Une fois j’ai fait un emprunt sur 5 ans pour me payer un café expresso au wagon-bar. Il devait être vachement bon, enfin je dis ça, je l’ai renversé quand le train a freiné brusquement. Un mec endetté s’était jeté sur les voies, il n’avait jamais pu rembourser son aller-retour Paris-Bordeaux de 2009« 

De plus en plus de griefs se font depuis 1981 contre le TGV, de plus en plus comparé à un produit de luxe, reliant les centres-ville entre eux. « Non mais attendez, les gens des petites villes doivent apprendre à rester à leur place de villes de départements ruraux. C’est l’égalité de l’aménagement du territoire aujourd’hui, laissez les autres grandes métropoles grandir et se taire petit à petit ».

sncf.jpg
Road very bad trip
Publicités