Présidentielle : Dupont-Aignan vend tous ses miroirs aux enchères pour ne plus être obligé de se regarder dedans

« J’ai entendu les critiques et je les accepte, beaucoup de Gaullistes sont déçus de ma décision, mais je reste fort de mes positions ». L’ex-candidat, Premier ministre potentiel reste droit dans ses boites. « A l’annonce du ralliement à Mme Le Pen, beaucoup de détracteurs m’ont envoyé comme message « Comment oseras-tu te regarde dans une glace ? dorénavant ». Je ne compte pas laisser faire, je suis un homme cohérent. J’organiserai donc une grande vente de tous les miroirs de mes résidences ». Techniquement cela sera du jamais vu, une telle vente n’a en effet pas été effective depuis celle du Comte Dracula. C’était le 26 mai 1867. Le noble était également accusé à l’époque d’avoir vendu son âme au diable.

« Une castration prévue le 11 juin »

Mais Dupont-Aignan ne compte pas en rester là : « On m’a raconté que je n’avais pas de couilles. Et bien qu’à cela tienne, je me ferai castrer le jour du premier tour des législatives. Hors de question que je subisse des insultes pour rien. Non, je n’ai pas vendu mon âme au diable, j’ai juste demandé le remboursement de ma campagne à Mama…Mme Le Pen. D’un point de vue comptable, ce n’est donc pas une vente…NA ! »

Siege-alesia-vercingetorix-jules-cesar.jpg
Dupont-Aignan, baissant les armes devant un dictateur républicain, selon les principes du Gaulisme

 

 

 

Publicités