Sablé sur Sarthe. François Fillon remporte le championnat international de « Je te tiens par la barbichette »

François Fillon n’est pas qu’un homme politique, c’est un passionné de courses et de concours. Le gagnant des primaires de la droite est déjà bien connu pour sa passion de la Formule 1 mais beaucoup moins pour celle du jeu Je te tiens par la barbichette. Un jeu qui le dévore depuis sa tendre enfance. « Déjà au Mans, tout petit, j’aimais défier mes amis sur la cour de l’école. J’étais le champion, je pouvais tirer la gueule des heures, mais dès que je gagnais, vous pouviez être sûr que je me marrais un bon coup ».

Le candidat à la présidentielle 2017 ne comptait pas abandonner cette passion durant les élections. « En fait, je m’entraine depuis des années en secret. J’ai tiré la gueule à l’Assemblée nationale, au conseil des ministres. Des fois je m’entrainais même à tirer la gueule lors des moments de fête. Bon j’avoue, tirer la gueule lors de la galette des rois de la maison de retraite de Sablé-Sur-Sarthe, ce n’était pas trop difficile »

« Une fois j’ai fait la moue pendant mon anniversaire, ça a un peu grogné »

Le membre du parti LR avoue qu’il n’a pas connu que des moments faciles durant ces longues années d’entrainement, sa passion était parfois incomprise pour ses proches. « Maman (sa femme NDLR) a toujours compris ma passion de la Formule 1, mais jamais celle du « Je te tiens par la barbichette », pourtant sa mère était poilue. Il est vrai qu’une fois j’ai été un peu loin. Lors de mon anniversaire, j’ai refusé de sourire lorsque ma fille m’a offert son premier dessin. J’ai tenté de la consoler en souriant mais du coup elle pensait que je me foutais d’elle.« 

François Fillon a connu une belle finale dernièrement, il s’est retrouvé face Stéphane Le Foll, vice-chamion du département. Ce derby sarthois n’a pas été sans difficulté. « Croyez-moi, ne pas sourire quand on voit sa longue coiffure à l’autre pinioufe, c’est pas simple. Mais je vais vous avouer mon secret, il faut penser à quelque chose de triste. Je pense en général à la Mayenne, c’est le département où est décédé, dans mes bras propres bras mon mentor, Joël Le Theule. Je ne leur pardonnerai jamais à ces Meuniots, NON JAMAIS…(cri de vengeance qui fait un peu flipper quand même, NDLR ) »

L’ancien Premier ministre admet avoir failli plusieurs fois. « Une fois j’ai pensé à mon programme électoral juste avant le début d’une épreuve. Cela peut mettre fatal, car quand je songe à tous ceux qui touchent le SMIC et qui vont voter pour moi, je ne peux m’empêcher de sourire »

les-sarkozystes-grands-oublies-de-l-equipe-de-campagne-de-francois-fillon
François Fillon, à gauche, en plein entrainement (2012)
Publicités