Téléphérique de Brest. Les techniciens bretons seront remplacés par des Mayennais afin d’éviter les pertes humaines en cas d’accident mortel

« Notre technicien s’est retrouvé à 50 mètres de hauteur avec les portes ouvertes. Nous ne voulons plus prendre de risques inconsidérés. Utiliser des Mayennais permettra d’éviter tout scandale en cas d’accident ». Alann Maçon, le président de Brest métropole, se veut rassurant quant à l’avenir de son tout nouveau téléphérique urbain. « Oui on a eu quelques soucis au démarrage, mais il ne faut pas paniquer pour si peu, je vous rappelle qu’en dessous le téléphérique se trouve la Penfeld, ça pourrait être bien pire. Si on tombait sur la terre ferme, là ça ferait vraiment mal, mais là en plein hiver, y’a bien 1 bon mètre de profondeur, faut pas faire sa chochotte non plus »

« Attendez, moi Xénophobe? J’ai plein d’amis Mayennais»

Concrètement, l’entreprise Quéolis recrutera les techniciens mayennais les plus performants. « On prendra surtout ceux qui n’ont rien à perdre. On a du bol, on est en charge des transports urbain lavallois depuis le milieu de l’année. On profitera de la nouvelle ligne de bus qui mène directement vers la gare afin d’attirer des Mayennais sans espoir d’avenir. On leur fera miroiter une nouvelle situation sociale : salaire fixe, logement de fonction, speed dating pour les célibataires. Tout sera prévu pour attirer le Plou…l’autochtone. Tous seront payés au noir. En cas d’accident, on prendra en charge les frais d’amputation. On reste humain avant tout…« 

Quelques syndicalistes trouvent que cette nouvelle méthode de recrutement s’apparente à de l’esclavagisme moderne, voire à une nouvelle forme de colonialisme breton. Le maire de Brest se défend : « Attendez, le Mayennais a un taux de fécondité très haut, ça se remplace vite, c’est un avantage non négligeable. En effet, avec leur taux de mortalité chez eux,  si on n’était pas là pour les explo…embaucher, ils resteraient pauvres et endettés. Sans les régions développées comme la Bretagne, les nouveaux petits départements ruraux en voie de développement ne pourraient vivre. On leur offre la sécurité de l’emploi aussi, si on n’était pas là, les Meuniots seraient encore en train de vivre dans la misère. De l’esclavage moderne? Ils devraient nous remercier ouais! Moi je peux chopper du Roumain pour 3 fois moins, s’ils ne veulent pas travailler c’est tout vu! Moi Xénophobe? J’ai plein d’amis Mayennais, à commencer par mon laitier, alors bon hein… »

arton1154-400x417.jpeg
Une ligne de bus néocoloniale

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s