Covoiturage Paris-Rennes. Un trafic de code « blablacar » démantelé à La Gravelle (53)

Ce lundi, vers 12 h 30, les forces de l’ordre ont intercepté un go-fast au péage de La Gravelle, près de Rennes. Bilan: 178 kilos de codes blabla car  et 100 000 virements paybal saisis. Des interpellations ont suivi à Brest, Quimper et Laval.

Une voiture puissante (Renault 20 ou Fiat Punto), un chauffeur qui tourne au Red Bull qui joue le rôle de veilleur, secondé par un autre véhicule qui détient la marchandise. Telle est la méthode du Go-fast, une des formules préférées des trafiquants de codes de blablacar

« On a trouvé du Roger 46 ans et du Julie 23 ans »

Mais c’était sans compter sur les forces de l’ordre qui a mené une opération de grande envergure. « Oui, habituellement, on s’en tape un peu du trafic de drogue et de codes blablacar« . confie un des hommes du GIR (Groupe d’intervention régional). »L’important c’est de chopper quelques gugusses pour que les Préfets puissent se vanter de deux ou trois actions avant de partir ailleurs. »

La prise fut belle : »On a trouvé du Roger 46 ans et du Julie 23 ans, c’est très prisés ces codes là. Elles rassurent les passagers, mais ils ne savent pas que se cachent derrière cette contrefaçon un Loïc 18 ans jeune conducteur et une Chloé fan de Christine and The Queens« 

Chaque année, des milliers de jeunes covoitureurs se font arnaquer avec de faux codes blablacar. Un trafic qui reste difficile à maîtriser. Aujourd’hui, les forces de l’ordre souhaitent mener une action nationale contre les principales têtes pensantes de ce réseau. « Les pirates qui contrôlent ce site font payer une commission prohibitive aux passagers, incitent les conducteurs à réduire le coût du trajet pour augmenter leurs marges, font payer plus cher les passagers s’ils réservent à la dernière minute et ce sans aucune transparence. »

Publicités