Laval. Agression sexuelle. François Zocchetto affirme avoir agi sous l’influence d’un hypnotiseur socialiste

« Ce n’était pas moi, c’était l’autre » s’excuse François Zocchetto, maire de Laval. Ce dernier accusé de violence sexuelle et sexiste affirme avoir agi sous l’influence d’un hypnotiseur qui l’aurait poussé à mentir et à agir de la sorte. « Je pensais être rentré à l’ambassade. C’est d’ailleurs ce que j’ai affirmé dans un premier temps dans la presse. Puis, un psychologue coach de médiapart a ravivé mon subconscient. En fait, j’aurais préféré danser sur la boum et me bourrer la gueule dans une salle réservée au Président de la République. Je n’ai pus agir comme cela que sous l’influence d’un hypnotiseur payé par le parti socialiste, c’est évident. Je tiens donc à faire toutes mes excuses pour avoir menti en affirmant avoir quitté l’ambassade« .

« Ce ne peut qu’un coup du parti socialiste platiste et illuminati »

Le maire de Laval évoque le fait que ce témoignage, qui pourtant a été relayé plusieurs fois en 2018 re-re-re-re-re-sort qu’à quelques mois des élections municipales. « Cela ne vous paraît pas curieux que la victime présumée s’exprime de nouveau à quelques mois des élections alors que l’affaire date d’il y a 3 ans et que depuis, elle a déjà parlé ? Elle ne pouvait pas s’exprimer de nouveau dans une tribune juste après les élections, dans un courrier demandant à ce que je ne reçoive pas l’investiture de l’UDI après le mois de mars. C’est comme cette inondation qui a eu lieu dans le centre-ville de Laval pile au moment où 

ps
« Tu vas mentir et t’excuser François, ça va passer crème. T’es avocat je te rappelle »

je fêtais les 9 mois et deux de proposition de parking souterrain dans la ville! Pour moi, tout cela n’est qu’un coup du parti socialiste platiste et illuminati »

 

Du côté du cabinet du Maire, on se défend également. David Ouvrard, chef de cabinet, répond également à nos questions. « Je ne vois pas le rapport entre une agression sexuelle et un slow de 4 minutes dans une ambassade. Moi j’ai dansé sur la boum quand j’étais enfant et personne ne m’a accusé d’agression sexuelle. Bon en même temps je dansais seul.« 

« Nous sommes de vrais féministes insiste le maire de Laval. » rappelle le maire de la préfecture mayennaise « On a créé des campagnes contre le harcèlement sexuel. C’est bien la preuve que nous sommes cohérents. Aussi cohérent que défendre la démocratie et aller boire un coup avec Bachar Al Assad« .