Sciences. L’OMS autorise une chercheuse à créer un embryon Mayenno-Breton

« C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour le beurre salé » affirme Jeanne Duvant, chercheuse au CNRS. Celle-ci a obtenu l’aval du CNRS l’autorisant à créer le premier être vivant composé d’ADN breton et mayennais dans un seul génome. « C’est unique au monde » se réjouit-il « Mais attention à ne pas jouer aux apprentis sorciers » ajoute-t-elle avec une pointe d’éthique. Les origines géographiques des deux souches ne doivent ni être trop éloignées pour éviter un rejet de la mère, ni trop proche pour ne pas créer des habitants de Fougères ou de Vitré (des espèces proches à 90% du génome mayennais NDLR). « Non, il faut quelque chose de nouveau et de novateur sans prendre de grand risque, c’est là toute la complexité. »

 » La pauvre, elle ne supporterait pas le taux d’alcoolémie permanent de 1,5 gramme durant les 9 mois de grossesse »

La chercheuse ne souhaite pas nous en dire davantage, de peur d’orienter le public vers des fantasmes « Rassurez-vous, on ne va pas bêtement croiser un Finistérien avec une Mayennaise. La pauvre, elle ne supporterait pas le taux d’alcoolémie permanent de 1,5 gramme durant les 9 mois de grossesse. À l’inverse, l’absence de sel pour une Finistérienne lui causerait des soucis de Thyroïde dès les 3 premiers mois de grossesse. On ne va pas filer du Levotyrox non plus ! »

US-government-offers-funding-for-antimicrobial-resistance-research_wrbm_large
« Et merde, la souche est déjà bourrée »

Mais quel est le but final de ces recherches si controversées ? « L’objectif est d’obtenir des organes transportables d’un Mayennais à un Breton et vice-versa. Nous pourrions par exemple donner le foie d’un Costarmoricain à un Mayennais. En effet, il suffit de laisser 1% de ce dernier au donneur breton pour que celui-ci survive à toutes les binouses. En contrepartie, le Mayennais pourra donner des neurones à habitant du Centre-Bretagne afin de permettre à ce dernier de savoir lire et écrire correctement. Ça, c’est une demande expresse de M.Richard Ferrand. En plus sera remboursé par la mutuelle de sa femme, il s’y connaît notre Richard en cerveau atrophié. Il bosse pour LREM quand même ».

Publicités