Nantes. « Où est Steve ? » : C.Castaner répond sans langue de bois : « Il fait pas frais-frais en ce moment, vous trouvez pas ? »

Aujourd’hui, le ministre de l’intérieur a rencontré la Rédaction du Ouest-Franc. Christophe Castaner nous a répondu franchement, sans langue de bois et avec une sincérité déconcertante. Entretien exclusif :

-Bonjour Monsieur le ministre. Première question : « où est Steve » ?

– Lol, votre question, elle me rappelle le jeu « Où est Charlie »? Sinon, il fait pas frais-frais en ce moment, vous trouvez pas ? 34 degrés facile, vous prendrez bien une glace à la pistache ?

-Euuuh non merci. Alors donc, en savez-vous davantage sur la disparition du jeune homme ?

-Définissez « jeune »

-Pardon ?

-Non, parce que l’autre jour en boîte, j’étais avec une cop…ma femme et je me disais que « jeune bah c’est dans la tête, c’est pas tant sur le visage que ça se voit »

-Ha, d’accord. A propos de Steve, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux et…

-J’étais avec ma avec ma femme je vous dis ! Cette vidéo de Voici ne respecte pas ma vie privée et je compte bien la faire supprimer…

-Je parlais des vidéos de l’attaque au dessus de la Loire monsieur Castaner…

-Bah c’est bien ce que je vous disais, mais vous n’écoutez rien. C’est un montage, la boîte de nuit se trouvait sur la Seine

-Monsieur Castaner, dites moi si je me trompe, mais là depuis un mois, vous ne seriez pas en train de noyer le poisson tout en jouant du pipeau depuis le début de l’entretien, au nez de la famille et des amies/amis de Steve et de l’opinion publique?

-Presque. Mais rassurez vous, on se contente juste de laisser se noyer les jeunes Nantais durant la fête de la musique ! Pas le poisson…

-Merci c’est plus clair

-De rien, c’est mon rôle vous savez d’éclairer la presse. Alors, Pistache ou Vanille ?

-Bon bah Pistache

-Dites, vous pensez à vous hydrater au moins pendant la canicule

-Oui oui. Sinon c’est une bonne situation ça ministre de l’intérieur ?

– Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi…

Publicités