Morlaix. Un Manceau tente une danse bretonne : 4 blessés, dont un dans un état mayennais grave

« Gontran, nan, je ne pense pas que ce soit une bonne idée« . Ces derniers mots prononcés par sa femme, avant que celle-ci finisse avec une paralysie faciale temporaire suite à un coup porté sur la 3ème cervicale, n’auront pas suffi.

Ce Manceau de 44 ans qui décida de passer un week-end à Morlaix avec sa famille durant la tempête Miguel est accusé d’avoir créé un accident majeur durant un Fest-noz en se lançant dans une danse bretonne sans aucune préparation ni formation. « On est très clair sur ce point pourtant » rappelle Gérard longuot, responsable de la sécurité des ligues des danses bretonnes occidentales du Finistère Nord. « Aucun Meunioh ou Gallo ne peut lancer une gavotte sans une formation minimum de 3 ans et 6 mois. Il doit en outre posséder le certificat d’aptitude à la danse bretonne sous l’effet de Chouchen (CADBEC) qui ne peut être fourni qu’après un test dans un PMU de Brest. On ne plaisante pas avec cela. »

« C’est quand il a crié, « on est en Ligue 2 » pendant la danse qu’on a compris qu’il n’était t pas de Guingamp » 

Malgré toutes ces recommandations, comment un simple Manceau a-t-il pu infiltrer une Gavote sans éveiller les soupçons des habitants ? « Il portait un chapeau rond, du coup, on s’est dit qu’il était breton et de Guingamp » nous rapporte une blessée « C’est quand il a crié, « on est en Ligue 2 » pendant la danse qu’on a compris qu’il était du Mans, mais c’était trop tard« 

Une enquête de la police scientifique de Tipiac a également rapporté que le Sarthois avait consommé une quantité non négligeable de rillettes ce qui est formellement un interdit par la fédération. « Les rillettes créent une force gravitationnelle plus importante sur le corps humain » rappelle Gérard Longuot « Si vous mettez à tourner, la force centrifuge lance votre corps sur le reste des danseurs. C’est cela qui a d’ailleurs pu faire autant de blessés ».

A ce jour, on recense 4 blessés légers, dont un Mayennais grave ce qui signifie selon le vocabulaire médical qu’il ne pourra certainement plus jamais se connecter à internet en haut débit.

Publicités