Sciences. Selon une étude récente de l’Université Rennes 1, les études récentes n’auraient aucune valeur scientifique

« C’est quelque chose d’évident, c’était sous nos yeux pendant des années et nous n’avons rien vu » indique Georges Godefroy, directeur de recherches à l’Université Beaulieu. « Des milliers d’euros foutus en l’air alors que là, tout de suite, on le savait pourtant, c’était DE-VANT NOUS ».

Lundi, vers 12h03, Georges et ses collègues ont remarqué suite à la découverte d’une preuve évidente que les études récentes n’avaient aucune valeur scientifique « On s’est empressé de l’écrire dans une toute nouvelle étude » raconte Léopold, étudiant doctorant en laboratoire des études en laboratoire « Mais mon collègue m’a rappelé que mon étude n’aurait donc aucune valeur scientifique, il se mit donc à écrire une étude qui contredirait mon étude, c’était passionnant« .

Mais l’histoire ne s’arrêta pas là. Christine, étudiante en sciences du verbiage étudia les deux premières études de ses confrères « C’était assez évident que leurs récentes études n’avaient aucune valeur scientifique. J’ai donc décidé d’écrire une nouvelle étude qui remettait en question la valeur scientifique de deux premières études. » Attitude qui déplut fortement aux deux premiers scientifiques. « Autant qu’un homme nous contredise sur une étude qui contredit une étude, je dis pas. Mais qu’une femme ose contredire une étude qui contredit une étude qui contredit l’ensemble des études, je trouve ça un peu présomptueux ».

scientist-with-test-tubes-1454865341Pzd
« Oh, des diabolos »

Le problème fut cependant réglé, le responsable du service des recherches des études récentes décida de reprendre l’intégralité des trois études fut dans « Ca m’intéresse, parce que je suis dans la salle d’attente depuis une heure à son propre compte;  « J’ai beaucoup aimé ces 3 études, je dois avouer que la meilleure restait celle de la fille, c’était celle qui permettait de prouver que les deux autres avaient torts. Mais bon, dans la mesure où je ne comptais citer aucun de mes trois étudiants dans l’article, j’ai respecté la parité. »

 

D’après nos sources, cette récente étude ne fait l’unanimité dans le monde scientifique, des étudiants de l’Université de Brest ont décidé de contredire celle-ci « On est des étudiants avec des blouses blanches » rappellent ces derniers « On écoute toujours les mecs avec des blouses blanches« 

 

Source image détournée : ici, là, clique, c’est

Publicités