La neige. Relations ambiguës avec le soleil et les pluies verglaçantes, grosse dépression pendant les inondations…Portrait exclusif d’une femme libérée !

-Bonjour Neige. Je peux vous appeler ainsi ?

-Oui, c’est mon prénom ?

-Ca fait pas un peu bobo comme Prénom ?

-C’était ça ou grêle, mais comme grêle était déjà pris par un de mes cousins…

-Grêle c’est un prénom mixte ?

-Oui

-Ok…

(gros blanc pendant l’interview)

-Alors vous défrayez la chronique en ce moment, on ne parle que de vous.

-Oui, c’est un peu mon succès (rires génés), pourtant je suis dans le milieu depuis un moment, mais je ne sais pas en ce moment, les gens me kiffent.

-Mais à quoi est du cette obsession pour vous selon vous ?

-Bah je suis belle et je fais chier tout le monde en même temps, c’est ça être un peu une fashion victim. Vous savez, cet autonme je n’étais que de la pluie et personne ne me remarquait

-A part pendant les inondations ?

-Oui, là c’était une grosse dépression, je préfère ne pas en parler

-Comment défineriez vous votre relation avec le soleil ?

-Et bien assez ambigu, il est capable de me rendre éblouissante et me faire disparaître en très peu de temps. En mars dernier je l’ai vu fleurter avec des bourgeons qui avaient à peine atteint leur majorité sexuelle, j’ai préféré prendre du recul. Je me suis replié dans un monastère tibétain

-Expérience troublante n’est-ce pas ?

-Oui les Tibétains m’aiment d’office, ils sont particulièrement attachants, mais ils ont leurs défauts.

-Lesquels ?

-Oh je ne veux pas dénigrer

-Allez un petit ?

-Bah ils sont casse-boules des fois, voilà, je n’en dirai pas plus.

-Un certain Édouard Snowdun aurait fait des révélations sur vous.

2017-08-20-10-02-03
Le soleil et la neige durant le tournage de BFM TV saison 12

-Oui alors là, c’est tabou, je ne peux vous en parler. C’est risqué

-Votre avenir, vous le voyez comment ?

-Je me barre en Nouvelle-Zélande vers juin, la pression médiatique en Europe est trop importante. L’hiver prochain, j’irai vivre à Montréal. Je passe incognito là-bas, et j’aime qu’on me glisse dessus avec du sirop d’érable. J’ai vu ça dans « 50 nuances de blancs », ça me tente bien.

-Un dernier secret ?

-Oui, maintenant je ne veux plus me cacher : j’aime les pluies verglaçantes ! Elle me font fondre de plaisir…

 

Publicités