Le Croisic. Après 1/2 heure de location, il se rend compte qu’il a vraiment l’air con sur son Paddle

Pierre en rêvait depuis un moment. Louer un paddle pour « communier avec les éléments » comme il aimait dire. Mais la joie fut de courte durée. « Au début c’est sympa, il faut éviter les nageurs, les enfants qui jouent au ballon. Il y a de l’activité, puis d’un coup ça se calme. On se retrouve seul à rester en équilibre, c’est gênant. »

« J’avais moins honte sur un pédalo à Coco plage »

Beaucoup de touristes se laissent attirer par l’expérience solitaire et maritime du Paddle, mais nombreux sont ceux qui déchantent comme en témoigne Julien, 46 ans : « Au début on se croit invincible, on pourrait même oublier nos vacances trop chères et notre envie de foutre un pain dans la tronche au vendeur de paninis. Mais ensuite, on sent tous les regards sur nous. J’avais un short tout moche, évoluait lentement, montrant mon bronzage agricole à tout le monde qui attendait que je tombe. Je n’ai jamais eu aussi honte de ma vie depuis mon expérience du pédalo à Coco plage dans la Sarthe.« 

L’office de tourisme demande que les prestataires informent davantage les touristes sur ce sujet. Luc, loueur spécialisé dans le Paddle depuis 5 ans, a décidé d’être plus transparent afin d’éviter tout risque de procès. Il a noté sur chaque objet :  « Faire du paddle est de votre responsabilité. La direction décline aspect ridicule en cas de chute. » Cependant, les consommateurs comme Pierre estime que ce message n’est pas assez honnête, car celui-ci est marqué en dessous du Paddle, il n’est donc visible qu’en cas de chute dans l’eau. « En même temps, je préfère tomber et continuer à la nage. » rappelle ce dernier « Le paddle est quand même le seul sport nautique où tu as l’air plus ridicule quand tu restes debout à en faire que lorsque tu en tombes ».

Publicités