Mont Saint Michel. Coûtant à peine 170 euros, l’omelette aux champignons hallucinogènes de la Mère Poulard est un véritable succès

« Quoi de mieux pour maintenir un commerce qu’une adaptation de l’offre à la demande ? » indique Jean Pouçin, directeur général de la Mère Poulard et Cie. « Depuis quelques années, on a remarqué une baisse de la fréquentation du Mont. On a imputé cela d’abord aux nouvelles conditions de desserte de la ville, mais bon on s’est vite rendu compte qu’on proposait surtout des menus avec un rapport qualité/prix ridicule. L’idée est donc venue tout naturellement : proposer un produit qui enchanterait tous les clients. Conscients de ne pouvoir y arriver au figuré, on a décidé de tenter notre chance en les enchantant vraiment« .

L’omelette hallucinogène est un véritable succès, elle représente dorénavant les ¾ des ventes actuelles. La recette reste simple et n’est un secret pour personne : 2 œufs de poules élevées en batterie et 2 champignons hallucinogènes qui donnent l’impression au consommateur qu’il a passé un excellent moment dans le restaurant.

« J’ai même cru à un moment qu’un serveur nous avait souri« 

Et les résultats sont là, les clients sont ravis. Cela n’a pas toujours été le cas. Auparavant, la plupart des clients déçus par un service bas de gamme et attirés juste par le cachet de l’établissement et le rythme des fouets repartaient aigris. Ils avaient l’impression de s’être fait arnaquer sur la qualité du produit. « Avant, on nous vendait une omelette sans goût particulier et hors de prix », raconte Justine, Normande habituée au Mont « Maintenant ils font pareil, mais on ne s’en rend compte de rien. Les champignons nous font tellement planer qu’on ne remarque plus que ça n’a pas de goût. J’ai même cru à un moment qu’un serveur nous avait souri. Le kiff, je vous assure, cette omelette est la meilleure ». Seul inconvénient, totalement défoncés, les clients oublient de payer et finissent dans la vase de la baie. Afin d’éviter cela, le restaurant demande de payer par avance toutes les omelettes : « On accepte les plans-épargne logement, les assurances-vie, et les crédits à la consommation. On n’accepte plus par contre les cartes bancaires. En effet, même notre omelette bas de gamme suffit à atteindre votre plafond de paiement hebdomadaire. Les pourboires en monnaie sont autorisés, mais ça bon, on sait depuis longtemps qu’on n’y a plus légitiment le droit« .

Publicités