Présidentielle 2017 « J’le savais moi qu’elle passerait pas » par Gildas Le Poulpe, chroniqueur du P.M.U de Broons (22)

Gildas habitué des conversations du P.M.U marque les esprits « Gildas ? On le connaît bien à Broons. Il a ses habitudes, toujours un café ici après être passé à la boulangerie. Il cause beaucoup de lui mais il n’est pas bien méchant »

D’après certains clients, Gildas aurait affirmé depuis le début connaître les résultats du second tour de la Présidentielle. « Il était accoudé au comptoir le lundi 24 avril à 8h00. Il était sûr de lui le Gildas » raconte un client. « Tout en lisant le journal, il criait : « Les mecs je vous fiche mon billet par terre, la Marine, bah elle passera pas » Qui aurait pu croire qu’il disait vrai ? Quel devin ce Gildas… »

Client divinatoire ou excès de confiance ? Difficile de cerner le bonhomme « Des fois le Gildas, il part un peu en couille. Un mec a affirmé un matin devant son calva qu’il ne voterait ni pour Macron, ni pour Le Pen. Gildas lui a tenu le crachoir pendant 3 heures. A la fin le client dégouté de la conversation a dit qu’il voterait Le Pen rien que pour le faire chier. En même temps je le comprends, si tu commences à engueuler les gens plutôt que les écouter vraiment… »

Gildas reste la légende sympathique du P.M.U, « Il parle beaucoup, s’exprime mieux que la moyenne même si c’est pour dire toujours la même chose. Il utilise des mots tels que « probité » ou « renouvellement », mais bon c’est pour dire joliment ce que tout le pense déjà en majorité. On le laisse dire, ça semble lui faire plaisir de s’exprimer. Il dit qu’il ne fait pas de la politique, qu’il agit en tant que « citoyen ». détaille Martine, la patronne des lieux  « Ça reste un gars sympa, des fois il laisse des tracts sur le bout du comptoir pour dire ce qu’il pense. Il gueule aussi sur les voitures mal garées. C’est notre Gildas à nous quoi, on l’aime bien même ici… « .

Gildas n’est pas à la retraite, même si il passe beaucoup de temps à s’exprimer au P.M.U « Des rumeurs affirment qu’il est informaticien. J’y crois peu, une fois pour les 20 ans du bar il fallait brancher un jack sur un ordi, il ne savait pas faire. » confie Martine « Ceci étant il a ramené ses vinyles, on a passé une pure soirée grâce à lui ».

Gildas était chaud pendant la Présidentielle, il semble encore plus motivé pour les législatives « Il commence déjà à parler des élus locaux qui se présentent en tant que député. Il est gentil, mais commence un peu à faire fuir la clientèle là…C’est pour ça qu’on l’appelle le poulpe, une fois qu’il veut parler d’un truc avec toi, il te lâche plus. Quand il est énervé, on appelle Marie, sa copine de Laval. C’est sa seule pote qui arrive à le faire taire, pour ça elle a un truc imparable : écouter et argumenter« 

Publicités