Jean-Pierre Pernaut pris en otage par des Mayennais après avoir affirmé que leur département est en Normandie

D’après le Courrier de La Mayenne , Jean Pierre Pernaut a placé la Mayenne en Normandie lors du JT de 20H. Cette bourde en apparence innocente a heurté la sensibilité du groupe radical  Pour une Mayenne moins bovine à qui « on ne la fait » indique son porte-parole sous couvert d’anonymat. Rétrospective d’une journée d’horreur

15h00. Le groupe part du local de Laval, la voiture de Dédé ne démarre pas, ils décident  tous de prendre le TGV avec leurs armes

15h41. Le groupe découvre le TGV, ça va vite. Jean-Christophe se sent mal. Il ressent le besoin de Twitter un message contre les Sarthois

17h32. Arrivée à Paris, le groupe en profite pour visiter la Tour Eiffel, il fait froid mais ils ont leur cagoule

18h30. Arrivée dans les locaux, le groupe croise Catherine Laborde qui est venu prendre sa dernière fiche de paye. Il parlent de la pluie et du beau temps, la conversation aurait terminée sur l’importance de l’hagiographie dans la météo (histoire des saints)

19h00. Jean-Pierre Pernaut arrive en carrosse, il aime les carrosses, c’est vieux et c’est bien les carrosses.

19h03. JPP est pris en otage et emmené directement dans un Oui-Bus, le groupe aurait eu une réduction de frais l’empêchant de prendre le TGV.

23h00. Arrivée à Rennes, le Oui-bus ne s’arrêtait pas à Laval en fait. Le groupe mayennais est en Bretagne et commence à subir des vertiges dus à changement brutal de leur écosystème.

00h30. Le groupe a réussi à retrouver un go-fast pour revenir.

00h31. Le go-fast est arrêté à La Gravelle, mais la douane les laisse passer contre deux galettes des roi

1h00. JPP est emmené dans le local du groupe. Les extrémistes tentent d’obtenir une excuse du journaliste « Il devait affirmer que la Mayenne est un département ligérien »

1h25. Les extrémistes divisés sur la définition du mot « ligérien » décident de libérer leur otage. Par ailleurs, le caméscope VHS ne semble plus fonctionner.

2h00. JPP décide de rester en Mayenne pendant une semaine. Il témoigne auprès de la rédaction  :  « J’ai parlé pendant des années des métiers d’époque, mais si j’avais su que tous les vieux trucs étaient en Mayenne, je me serais installé ici. Est-ce que vous avez encore des fax que je prévienne TF1. Oh une photocopieuse à l’encre violette. Vous êtes magique »

dsc_1480_-_copie
« Le chef de la bande, celui du milieu »
Publicités