Solitude. Son copain lui envoie « Ne bois pas trop chérie, on mange chez mes parents demain », elle répond « T’es ki? »

Moment de solitude pour Quentin. Il « sortait » depuis 6 mois avec Lucille et pensait naïvement avoir conquis le cœur de la jeune pubère. Samedi soir fut un séisme dans sa vie. En effet, il a découvert avec stupeur qu’il n’était qu’un sex friend : «  Je pensais qu’on était un vrai couple. On s’échangeait des textos le soir, je lui ai même offert des Nikes pour son anniversaire.« 

Dans cette situation, il est facile de comprendre pourquoi Quentin n’a pas vraiment été sur la même longueur d’ondes samedi dernier : « Elle m’a dit qu’on ne pouvait pas se voir, qu’elle partait faire une soirée pyjama avec des copines. Vers 1h00, je lui ai envoyé un petit message lui rappelant qu’on voyait mes parents le lendemain. Elle m’a répondu « t’es ki » ? Comment ça je suis qui ? Mais je suis le mec qui lui paye tous ses verres depuis plus de 6 mois merde »

 « Plan cul n°5 »

Lucille se défend de toute méchanceté : « Non mais en fait Quentin, je l’ai enregistré dans mon répertoire sous « Plan cul n°5 » alors pendant que j’étais avec « Plan cul n°4 » et « Plan lesbienne n°6 » j’avais déjà pas mal picolé. Du coup, j’ai pas tout de suite compris qui m’envoyait le message. Je lui ai donc demandé qui il était, je ne vois pas le mal dans ma réponse. Et puis comme aucun de mes plans cul ne me présente jamais ses parents, j’ai pas compris tout de suite à qui je textotais. »

Quentin avoue néanmoins qu’il aurait dû se méfier « Ouais, elle me parlait de ses malheurs, me confiait des choses, mais dès que quelqu’un qu’elle connaissait s’approchait de nous, elle me lâchait la main ». Lucille se défend quant à elle d’avoir profité du jeune garçon :  « Entre nous, j’ai été claire dès le début. Il n’y aurait que du sexe, des discussions, quelques week-end passés ensemble, des films sous la couette ou des appels téléphoniques. Et si l’un ou l’autre ne va pas bien, des bisous et des « je t’aime » ponctuels. Je vous assure qu’il n’y avait aucune ambiguïté dans notre relation« 

images
Une relation sans ambiguïté
Publicités