Saint-Brévin : Les filles des membres du collectif anti-migrants créent un collectif pour conclure avec les 70 migrants célibataires.

Depuis lundi, quelques jeunes filles de Sain-Brévin ont créé le collectif des « 70 vierges » afin de pouvoir conclure avec les 70 migrants célibataires arrivés depuis peu dans la ville ligérienne.

« J’ai particulièrement bien suivi l’affaire. Quand j’ai entendu parler de 70 hommes seuls dans la ville, je ne me suis plus sentie. Des mecs qu’on ne connaît pas à Saint Brevin en hiver? On n’a pas vu ça depuis 1999″ indique Claude-Bérangère Boulanger, la créatrice du collectif. « En plus, des clandestins qui ont tenté de passer à la nage, ils doivent être baraques les mecs. Non ? »

« Parmi ces gens y’a des voyous, ooooooooh oui des voyous »

Ce qui attire ces jeunes filles, c’est le goût de l’aventure. D’après les informations du collectif anti-migrants, beaucoup de ces migrants seraient « non mariés » ce qui pose un problème certain selon eux (véridique http://bit.ly/2dexs1R). C’est justement ce côté «bad boy» qui plait tant aux enfants des membres du collectif : « On n’a plus envie de se faire traiter de gentilles jeunes filles, de se faire draguer par des losers qui portent leur pull rose sur leurs épaules. On veut du mec et du vrai. Parmi ces gens y’a des voyous, ooooooooh oui des voyous » confie Marie-Bérengère Blanchart, la fille du conseiller municipal F.N de Saint Nazaire.

Les jeunes filles ne s’arrêteront pas là, elles comptent filmer leurs ébats, les diffuser sur les plateformes pornographiques (comme unloveFN.com NDLR) pour embêter papa et maman et bien leur faire ravaler leurs idées politiques : »On connaît le centre C.C.A.S comme notre poche » rappelle Marie-Bérangère avec un petit sourire : « Quand j’était ado, je faisait le mur pour choper les fils des agents E.D.F. Ces mecs maintenant me doivent plus que la lumière »

De leurs côtés, les migrants ne comprennent pas l’émulsion créée par leur venue : « Nous sommes 70, soit …0,53% de la population. Certains d’entre nous ont fait des études supérieures et durent fuir leur pays à cause de la guerre ou de la misère. On nous refuse sans nous connaître, sans nous parler. On nous hue sans nous comprendre. Nous ne sommes pas des voyous et encore… moins des plans cul bien entendu« .

Le lien vers le collectif des « 70 vierges » et les clichés qui l’entourent : http://bit.ly/223IpqW

Publicités