Laval. Quand le bizutage va trop loin : une étudiante en Droit obligée d’embrasser un membre de l’ESTACA

Jeudi après-midi, la grande réunion annuelle des membres de l’ESTACA bat son plein. Celle-ci s’enchainera sur une soirée étudiante dans les bars lavallois, les jeunes se prêtent peu à peu aux jeux d’alcools et se laissent déborder par l’émotion et les abus. Une fois n’est pas coutume, le bizutage, pourtant interdit par loi, sévit encore. Mais cette semaine, un pas de trop a été franchi

Barbara, étudiante en troisième année de licence de Droit à Laval, décide de passer son premier jeudi étudiant dans la ville : »C’était ma dernière année ici, l’année prochaine je ferai un Master dans une vraie ville étudiante, alors je voulais profiter de voir à quoi re ressemble  ça ressemble le Duplex. »

Profitant de cette soirée étudiante débrayée pour embrasser ses copines en toute légitimité, Barbara se fait prendre à partie par des étudiants de l’ESTACA qui semblent particulièrement intéressés par la situation : »Les mecs, ils pensent avoir leur chance au moment où des nanas s’embrassent, ils ne voient donc aucune contradiction dans leur approche » commente la jeune fille. Un pari est proposé : la dernière qui aura réussi à louer un Vélitul et à faire les 9 stations de la ville aura un gage. Barbara, un peu enivrée par les vapeurs d’alcool de ses 12 shooters décide d’y participer, mais ayant confondu son numéro d’inscription temporaire à 6 chiffres avec son code secret elle arrive fin dernière. Son gage sera donc d’embrasser un étudiant de l’ESTACA sur la joue droite. Pourquoi la droite? D’après les témoins, sa pilosité étant irrégulière, c’était le seul endroit de son corps qui pouvait ressembler à un homme. « Le mec il piquait, il ne s’était pas rasé depuis des mois pour faire croire qu’il avait de la barbe. Néanmoins, je ne porterai pas plainte, ce gars m’a convaincue que j’aimais les femmes, il faut voir les choses du bon côté.« 

De son côté l’étudiant ne nie pas avoir abusé de la jeune fille : « J’ai failli pécho, ça ne m’était pas arrivé depuis…Bah non en fait, ça ne m’était jamais arrivé. En même temps, ce n’est pas en portant un tee-shirt rouge avec un Schtroumpf dessus que je vais y arriver« .


photo_1847
Les étudiants de l’ESTACA félicitant leur ami à son retour le vendredi mat…Après-midi

 

Publicités