Terrorisme. Rock en Seine : un porteur de drapeau breton arrêté in extremis près de Paris

« J’ai bien cru qu’on allait y rester » affirme Bastien, responsable de la sécurité originaire de l’Essonne. « Cette année, c’était bien indiqué dans les consignes de sécurité et ça nous a sauvé ». Vendredi soir, durant le festival Rock en Seine près de Paris, un porteur de drapeau breton fut arrêté in extremis.

Malgré des règles sont claires cette année au festival Rock en Seine : tous les drapeaux sont interdits (véridiques) Derrière cette consigne en apparence ridicule se cache une réelle nécessité en terme de sécurit. D’après les organisateurs car on ne sait pas ce qui se cache derrière un drapeau breton :  « Je l’ai vu arrivé avec son chapeau rond, j’ai tout de suite vu que ce festivalier n’était pas net » affirme Steven, agent de l’entreprise sécuri’Tal,  c’est grâce à cet homme le drame a été évité de justesse : »J’ai tout d’abord senti une odeur de caramel salé autour de lui. Il l’avait tous les attributs du parfait breton, notamment un très fort taux d’alcoolémie. Mais ça ne suffit pas à déceler les terroristes bretons d’un simple festivalier normand ou Mayennais. »

                     « KENAVOOOOOOOOOO bande de salauds »

Après la fouille, il y a comme un malaise entre l’agent de sécurité et le festivalier : « Le mec semblait pas net, je lui ai demandé son prénom, il a commencé par dire Loïc, puis il a enchainé sur un banal Kévin. Personne ne change son prénom pour dire ensuite Kévin. Je veux dire, Kévin c’est un prénom de merde aussi…Non ? ». Peu de temps après s’être vu confisqué ses 45 litres de cidre et ses 23 packs de kro, le Breton commença à s’agacer sérieusement, puis aurait rapidement crié après la fouille « KENAVOOOOOOOOOO bande de salauds ». Ce cri de guerre si connu des indépendantistes du Front de libération de la Bretagne (ce groupe qui a déposé les armes en 2006 car ils ne savaient pas les charger NDLR). « On a tout de suite compris qu’il allait faire un acte irréparable, on a stoppé son drapeau, il l’avait placé en fait dans un slip Kangourou indétectable ».

L’individu a été interpellé sur le champ. La police a également retrouvé des restes de Chouchenn pouvant servir de Cocktail Molotov ainsi que des C.D de Manau très coupants. Le tout était placé dans le coffre de sa Mégane blanche, immatriculée en Véndée afin de ne pas éveiller les soupçons. D’après les renseignements générauxL’individu de 27 ans se serait radicalisé il y a très peu de temps, suite notamment après une rupture sentimentale avec une femme de Plouhinec (56).

Le ministère de l’Intérieur rappelle que chaque année, des milliers de festivaliers en dehors de la Bretagne sont victimes de drapeaux bretons qu’ils se prennent dans leur tronche. Selon certains office de Tourisme, la méfiance et les clichés envers les Bretons amènent à un amalgame : « Tous les Bretons ne sont pas alcooliques » nous confie sur place un habitant rennais, « Bon par contre on a vraiment des prénoms de merde » ajoute  son ami nommé Gurvan.

André_Breton_1924
Photographie du Breton radicalisé (archives)

Publicités