Lactalis. Le P.D.G, E.Besnier tombe dans le coma en découvrant dans un supermarché que le lait est payant

« Le lait Monsieur c’est 1,61€» ces simples mots prononcés par banalement par Cindy une caissière saisonnière au Leclerc de Perros-Guirec(22) aurait été à l’origine du malaise d’Emmanuel Besnier, petit fils du créateur de Lactalis et actuel PDG de la firme.

C’était un mercredi normal de vacances pour ce bon vieux Mayennais, profitant de ses vacances pour se reposer un peu. Emmanuel aime joindre l’utile à l’agréable confiait-il déjà dans le magazine Au revoir Président de juillet 2014 . « J’aime bien compter le nombre d’entreprises que je n’ai pas encore rachetées, je retrouve leur nom, les imprime sur des autocollants et les pose sur les rues du Monopoly. Ensuite, toute la famille Besnier y participe, c’est un jeu inter-générationnel qu’on affectionne depuis des années. Même si c’est toujours moi qui gagne depuis que Papy n’est plus de ce monde. »

Ce vendredi donc, les enfants découvrent qu’il n’y a plus de lait pour leurs céréales Chocapic. En homme du peuple, le discret PDG compte le chercher lui même avec un simple vélocipède équipé d’un porte bagage classique. Il prend même l’initiative de racheter du beurre au cas où… « Question achat, il faut toujours un temps d’avance nous rappelait-il souvent » confie sa femme la larme à l’œil.

« Mais je croyais que c’était la référence de l’étiquette orange de la vache moi »

Les courses se passent normalement, Emmanuel tombe sur l’étiquette du prix du lait, mais il n’y prête guère attention. Selon les témoins, il aurait crié à la caissière avant de s’effondrer « Mais je croyais que c’était la référence de l’étiquette orange de la vache moi ». Mais lors du passage en caisse, Emmanuel ne comprend pas qu’on ne le laisse pas passer avec la bouteille. Il aurait accepté de payer le beurre, car cela étant un produit transformé par ses employés, mais le lait, c’est un produit naturel qui est propre à tous.

Le vigile serait passé par là, le reconnaissant, il lui aurait soufflé « Bah non M.Besnier, le lait, ce n’est pas gratuit, ce n’est pas parce que ça vient des vaches que c’est naturel comme la pluie voyons… »

La famille Besnier elle-même n’en revient toujours pas : « On donnait un prix symbolique aux agriculteurs, parce qu’il prenait le temps de le mettre dans des cuves avec un tuyau de récupération, mais jamais on n’aurait cru qu’il y avait tant de travail pour élever et traire les vaches. On s’est donc trompé pendant tant d’années ? Ce n’est pas possible. »

D’après nos sources, les plus jeunes de la famille refusent eux même de consommer du lait depuis la nouvelle : »Boire un truc qui vient du pis de la vache, sont sérieux les vieux » avoue l’un deux « Moi je croyais que c’était un produit qui venait des ruisseaux ou je ne sais pas quoi. Manquerait plus que les œufs viennent du cul des poules ou la soie d’un ver tient ». Hospitalisé à St Brieuc, la vie d’Emmanuel Besnier n’est pas en danger. Il est actuellement soigné avec un nouveau traitement à base d’O.P.A et de Parmesan italien.

Les agriculteurs de l’Ouest sont mitigés face à cette nouvelle : « Dans un sens ça nous rassure, on pensait qu’il était égoïste et macrocéphale le Besnier. En fait il est juste un peu con… »

emmanuel-besnier_416x416 (1)
« J’achèèèèèèèèèèèèèèèèèèteuh »

 

 

Publicités