Lycée Douanier Rousseau, l’élève de Première L refuse un "pétard"

Fait rare pour un lycéen de Première L option théâtre a refusé de fumer un joint durant la pause de midi. Détails des faits dans un lycée encore sous le choc :
« On était tranquillement planqué derrière le jardin des Archives départementales quand Matéo est arrivé. On le reconnaît facilement de loin avec son sac EastPak noir. On lui a tendu un pétard mais il refusa sous prétexte « qu’il ne fumait pas ». Nous avons d’abord cru à une blague, surtout qu’il est en option théâtre et originaire du quartier de St Nicolas, mais il refusa la beuh 15 fois de suite (5 en réalité, NDLR). Là on s’est dit qu’il y avait un problème ».
L’infirmière de l’établissement convoqua dans l’après-midi le jeune élève afin de déterminer son détachement pour les drogues ditesdouces : « Au début j’ai cru qu’il y avait une raison liée à la santé, une volonté de rester concentré pendant les cours, ou la simple peur de devenir plus apathique qu’un adolescent moyen qui passe déjà son temps à poster et hashtagger des selfies en cul de poule sur Instagram. Mais Non, il avoua qu’aucune raison le motivait vraiment à ne pas fumer du cannabis, sans donner davantage de précisions. »

« Y’a des Perroquets bleus qui boivent du lait de coco »
Face à cette nouvelle. M.Pommier, le proviseur adjoint, est embarrassé : « On a beaucoup de demandes de dérogation de la part d’élèves qui ne sont pas dans notre carte scolaire. J’ai par exemple un élève de ST2S du lycée Réaumur qui voudrait être ici en Première ES juste parce qu’il pense que Rousseau est « plus cool ». C’est une demande légitime. On comprend la décision de Matéo, mais s’il persiste dans son objection de conscience, il devra laisser sa place et rejoindre le lycée Ambroise Paré dés le mois de Janvier ».
La comparaison avec le lycée Ambroise Paré, réputé plus sérieux, est souvent faite. Cela date de l’époque où le lycée Douanier Rousseau n’était qu’un lycée de jeunes filles, alors que celui d’Ambroise Paré un lycée de garçons. Depuis, la « guéguerre » entre les deux établissements persiste.
 «Trop de monde au self » pour justifier leur retard après la pause fumette du midi.
Pourtant depuis 2002 le lycée Douanier Rousseau s’est adapté à son image de lycée « Baboss« . Pas plus de 2 heures de cours par matinée, et pas de cours l’après midi avant 16h, le temps que les élèves redescendent de leur trip. Ces derniers ont d’ailleurs 40 billets de retard par an pré-remplis dans leur cahier de correspondance avec la mention Trop de monde au self pour excuser leurs retards injustifiés après la pause fumette du midi. « Cela évite de trop parlementer » affirme un assistant d’éducation.
Cependant, les élèves réussissent remarquablement leurs examens puisque le lycée a réussi a obtenir 97% au dernier Brevet des collèges. Trois élèves ont même réussi à se présenter au Baccalauréat. « On est très fier de ces trois là » s’exclame la CPE. « Ils ne sont arrivés en retard à aucune des épreuves. Bon Ok, ils ont tous oublié leur carte d’identité, mais c’est déjà un bon début.« 
Des lycéens en cours de T.P.E
La Rédaction a voulu en savoir plus et elle a réussi à interviewer Matéo dans la ligne A du TUL. Il fut beaucoup plus explicite en dehors du lycée :  « Non mais sérieusement, arrêtez de comparer les lycées entre eux, ça fume pas plus à Laval rive droite ou rive gauche. Pourquoi pensez qu’à Rousseau c’est pire alors qu’à Ambroise Paré? Ils ont des endroits partout pour se planquer et à Avesnières ils ont carrément la Perrine pour eux tout seuls. Pourquoi je ne fume pas ? Pas parce que je n’ai juste pas envie de faire bêtement comme tout le monde, c’est tout. Au collège fallait absolument picoler en soirée pour faire comme les autres et à la fac maintenant il paraît qu’il faut prendre de la Coke pour passer une bonne soirée. Ce n’est pas parce qu’on a 16 ans qu’on est forcément un drogué et une feignasse. Je ne vois pas en quoi fumer me rend plus cool ou plus sympa. Et puis c’est illégal je crois, non ? Déjà que je suis accro au café…. Bon après j’avoue par contre ça fait plus sérieux d’être dans un lycée qui porte le nom de premier chirurgien français (Ambroise Paré NDLR), que d’être dans un bahut avec le nom d’un mec qui a peint des tableaux style fin de collège faisant l’objet d’une chanson de la compagnie Créole. Mais ça… »
Publicités