Valls devra aussi rembourser les tickets de cantine de ses enfants

Les deux enfants de Valls, prés à négocier leur dette auprès du FMI
Nouveau scandale pour le Premier ministre. Emmanuel Valls n’a jamais payé le self de ses enfants depuis le début de leur scolarité. C’est le site du Canard encordé qui dénonce ces faits dans sa parution hebdomadaire du jeudi. Le Gestionnaire du Lycée Français de Barcelone s’exprime sur le sujet. « Nous avons appelé Monsieur Valls plusieurs fois à son bureau. Nous avons  été conciliants au début car la France a des soucis budgétaires. Mais de là à ne jamais payer la cantine c’était un peu abusé. »
Des « P’tis cons » pris en charge à Neuilly Sur Seine en 1993 
Les deux lycéens franco-espagnols furent convoqués dans le bureau de l’administration du lycée. Le proviseur s’en souvient encore « Ils sont arrivés habillés avec le maillot du Barça, on a donc soupçonné des maltraitances de la part de la famille Valls. L’assistante sociale a été saisie, et on a découvert des faits assez inquiétants concernant la famille. Des coupes de cheveux sans relief, des maillots à la place de Tee-Shirt et une manière un peu trop effrontée de se présenter. Cela nous a mis la puce à l’oreille. On était clairement face à ce que l’on appelle des « P’tis cons » dans le milieu ».
Le « p’tit con » est une pathologie reconnue par l’OMS et le Ministère de l’Éducation nationale depuis que Sarkozy a tenté de placer son fils en 2009 à la tête de l’EPAD, alors que celui-ci n’avait aucun diplôme. Le syndrome du P’ti con apparaît quand l’enfant transfère les compétences supposées de son parent sur son propre parcours. « Il pense alors qu’il a tous les droits, car son père les a aussi » s’exprime Jean Paré, médecin scolaire dans les Hauts-de-Seine, département où la part de P’tis cons commence à prendre des proportions incroyables. Par exemple, 72% des enfants scolarisés à Neuilly sur Seine seraient touchés.
« Certains cas sont irrémédiables » s’émeut encore Jean Paré. Il est vrai que le cas de Vanessa Balkany, fille de Patrick Balkany, ne fut jamais diagnostiqué à temps.   « Là franchement, c’était un point de non retour avec elle, le syndrome « de fille à papa » l’avait emporté, c’était trop tard. »
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s