Laval. Visite d’Emmanuel Macron : Benalla immobilise in extremis un 6ème réfractaire équipé d’un téléphone portable

« On a eu chaud, moins une et il faisait un selfie » affirme le commandant Lahondesse, le chargé de sécurité du Président. « Si Alexa…M.Benalla n’avait pas été là, le Président aurait eu l’air d’un idiot avec sa nouvelle loi sur le portable qui ne change strictement rien avec la précédente. » Lundi vers 12h23, Ulysse Patrick, un élève de 6e lambda accompagnait le Président de la République vers le self. « Il était tout content de passer prioritaire avec Manu », raconte Lahondesse. « Faut dire, c’était des paumes sautées au guacamole accompagnées de chorizo. La gestionnaire et le cuisinier ne se sont pas foutus de notre gueule sur le menu. Par contre je crois que le budget annuel y est passé, pas grave, les collégiens mangeront de la saucisse aux lentilles jusqu’au repas de Noël ». Les faits se sont déroulés rapidement, brusquement voire super vite d’après les témoins. C’est au moment du lavage de mains qu’Alexandre repéra l’individu « Alors plusieurs choses m’interpella » confie le garde du corps/brigadier/vice-président de la République et trésorier des haltérophiles de l’Élysée « Déjà, il portait des lunettes, et moi, on m’a appris qu’on ne porte des lunettes que si on passe chez TF1 ou France 2. Or, si je m’abuse, on n’était pas sur un plateau de télé. CQPHD »

Jean-Michel Blanquer : « Moi, dès que je vois un élève qui ne respecte pas la loi du 3 août 2018, ça m’hérisse les cheveux » 

C’est au moment du séchage de mains que l’individu de 10 ans et demi sorti son téléphone de sa poche arrière droite « Moi, dès que je vois un élève qui ne respecte pas la loi du 3 août 2018, ça m’hérisse les cheveux, je l’ai donc signalé à Alexa….à Monsieur Benalle » commente Jean-Michel Blanquer. Alexandre Benalla a donc réagi très vite, il poussa Olivier Richefou qui tentait d’apparaître pour la 20e fois sur une photographie à côté du Président et plaqua le jeune Ulysse au sol de la manière la plus douce possible. « Je lui ai fait une clef de bras, la prise du serpent pendu, piqué une chaussure et fait recopier 158 le règlement intérieur à ce p’tit con ». D’après certaines sources, l’élève était de mèche avec un certain François Dhollande. « L’ancien Président était jaloux de ne pas être là, il voulait absolument avoir une photo du Président à côté de l’internat. » suggère le commandant Lahondesse « Le jeune Ulysse, vexé, ne devrait pas remettre les pieds dans l’établissement avant une bonne dizaine d’années. Il quitta le collège sans même prendre le temps de dire au revoir… »

Publicités