LAVAL. L’écran de la Fan Zone se coupe après le 1er but : un ancien alcoolique obligé de suivre le match dans un bar replonge après 8 ans d’abstinence

Par Elisa Do Luzet, envoyée spéciale

Roger, 54 ans, n’avait pas touché un verre depuis 8 ans. 8 ans de combat contre son alcoolisme, 8 ans de Buckler, 8 ans d’efforts et de volonté qui ont été mis à mal lors de la diffusion de la finale de la coupe du monde à Laval.

La municipalité n’ayant pas pris à temps les dispositions nécessaires pour offrir à ses habitants des conditions optimales de diffusion du match,  les occupants de la fan zone n’ont eu d’autres recours que de se replier sur les bars environnants pour regarder la fin du match lorsque l’écran s’est retrouvé sans connexion. Ce fiasco, qui comme l’assure Bérenger Legrand,  barman au Rond Point, a « fait se ramener tout le monde dans les rades » est à l’origine de cette terrible rechute.

Porté par le mouvement de foule,  Roger n’a pas évalué le danger de se retrouver dans un débit de boissons pour assister à la victoire des bleus. 12 laits-fraise plus tard et après avoir vaillamment refusé plusieurs bières offertes par ses anciens compères,  par ailleurs ravis de retrouver leur ami tant de temps porté disparu, Roger trempa enfin ses lèvres dans la mousse.

« Jordan, 12 ans, a pris sa première cuite et son état de santé reste encore instable »

Il va sans dire que s’en suivirent quatorze pintes et deux whiskies. Roger vécut ce soir-là sa plus grande défaite alors qu’il pensait simplement profiter d’une victoire dans un cadre sécurisé libre de toute boisson spiritueuse.  Et il ne serait pas le seul.

Roger se trouve actuellement dans un centre de désintoxication Lavallois et c’est le regard empreint de tristesse qu’il affirme : « J’ai rechuté à cause de ces connards, mais ils chuteront à cause de moi! Parole de Roger« , en ponctuant:  » Merde alors, faut pas déconner! « 

D’après d’autres témoignages, Roger ne fut pas la seule victime de cette déconnexion subite. Jordan, 12 ans, a pris sa première cuite et son état de santé reste encore instable après son coma éthylique. Son père justifie néanmoins ce risque : « Bah au bout d’un moment, on est un homme ou on est l’est pas. Maintenant concernant Jordan, sa mère et moi on sait que c’est une tapette et pis c’est tout… »

téléchargé
Photo d’archive sans aucun rapport avec l’article
Publicités