Paris. Il gagne très bien sa vie depuis qu’il mendie dans le métro avec un panneau "Je viens de la Sarthe"

« Faut pas se moquer »
Christophe, jeune titulaire d’un Master en relations sociales périurbaine a décidé de tenter sa chance en région parisienne : « Paris était pour moi l’opportunité de percer dans le milieu de la finance post-instrudrialo conceptuelle, j’ai vite déchanté ». En effet, après plusieurs mois de recherches et une colocation qui ne souhaite plus de lui (Christophe écoutait souvent les L5 dans sa chambre) le jeune Sabolien se retrouve à la rue. Errant d’une station de métro en station de métro.
Mais depuis le 28 novembre dernier, Christophe gagne particulièrement bien sa vie. Il décide de prendre un simple carton écrit « Je suis Sarthois, j’ai faim », s’en suit une flambée de générosité. Malgré leur temps précieux, les usagers du métro de la station Alésia (Ligne 4) s’empressent de lui donner des pièces et des billets de 10 euros : « Un homme originaire de Sillé-le-Guillaume m’a même donné un billet de 50 euros. Il disait que je lui rappelais lui plus jeune. J’espère pas tant que ça, parce qu’il est gros et chauve ».
Depuis pour Christophe, la vie parisienne se passe à merveille : « Je garde toujours mes habits de sarthois sur moi lorsque je travaille. J’utilise un pot de rillettes vide pour récolter l’argent et une fois rentré chez moi dans le XVIIIème arrondissement je reprends mon look de hipster. Remarquez des fois, il suffit de prendre 3 vêtements sarthois dépareillés et on est considérés comme un hipster. L’avantage est que ma barbe mal taillée sert pour le boulot et mon look de hipster. Une fois j’ai dit que j’étais assis à côté de Lorànt Deutsch en cours d’histoire au collège, elle m’a filé directement 150 euros. Dire que je viens de Sablé sur Sarthe suffit à ce qu’on m’offre directement un repas, mais j’évite, sinon je suis obligé de partir du boulot »
Des concurrents mayennais
 Christophe ne souhaite pas nous indiquer où il se fait le plus d’argent, mais il déconseille à tout sarthois de se positionner à la Gare Montparnasse : « C’est un coup à se faire expulser directement sur Le Mans dans la soirée ça. Et ne comptez pas sur François Fillon pour vous gracier ».
Seul bémol depuis quelques temps : « Les Mayennais commencent à grignoter sur mon territoire et la LGV ne va arranger les choses. Ces mecs sont une vraie concurrence, ils disent qu’ils sont de La Mayenne et de la ville de Mayenne et ils font chialer tout le monde ».
Publicités