Cherbourg. Canicule : comment bien accueillir les réfugiés climatiques parisiens ?

Réchauffement climatique oblige, un exode de Parisiens s’effectue de Paris vers la Manche obligeant ses habitants à ouvrir ses portes pour accueillir ces réfugiés obligés de quitter leur charmant studio pour 4 personnes. Afin d’éviter les maladresses ou autres chocs culturels, Georges Doux, le Président de la Croix-Rouge fournit de précieux conseils aux habitants de Cherbourg-en-Cotentin.

« Tout d’abord, n’hébergez jamais gratuitement un Parisien. Ce premier conseil n’est pas anodin. Le Parisien fuira votre logement, car il s’attend à ce que vous lui proposiez de nombreuses faveurs sexuelles dites de « Prestation en nature de type boncoin.fr ». Nous conseillons de ne pas placer le Parisien dans une chambre trop confortable. Par exemple, offrez-lui un canapé pour 400 euros par mois avec un rideau en guise d’intimité. Il s’adaptera facilement. Ne soyez pas étonné, le premier réflexe du Parisien sera de vous demander le code wifi de votre logement bien avant votre prénom. Celui-ci devra d’ailleurs être extrêmement complexe, au minimum 128 caractères alphanumériques, composés de minuscules qui ressemblent à des chiffres tels que 0 ou O ou encore I et l. Au bout de quelques jours de cohabitation, n’hésitez pas à parler de votre vie sentimentale au Parisien. Ne vous leurrez pas cependant, il n’a que faire de votre divorce avec votre femme partie vivre avec un dentiste du centre de Caen, mais il a l’habitude de faire mine d’écouter ses semblables pour un oreiller ou deux sur le canapé. Attention à ne pas héberger un banlieusard et un Parisien dans le même logement. Le Parisien risque de vouloir ne faire des activités dans la maison que si celle-ci se situe sur sa ligne de métro et intra-muros. »

« Et pour les connards de réfugiés ça sera quoi ? »

                                                  Livraison obligatoire

Côté alimentation, privilégiez des bons petits plats, mais ne lui transmettez pas directement. Nous vous conseillons d’appeler un voisin qui se ferait passer pour un livreur Uber Eats. N’hésitez à privilégier un ami qui remercie Macron pour ce type de service et les emplois précaires. Si votre Parisien ou Francilien avait une voiture personnelle, mettez une photo d’Anne Hidalgo dans le salon où il dormira avec un jeu de fléchettes, ça pourra le détendre et lui rappeler les moments où il critiquait les pistes cyclables et les sens interdits de son XIVe arrondissement. S’il préférait le Vélib’, placez des fléchettes, mais avec le visage de Valérie Pécresse. Enfin, n’oubliez pas le côté festif. Le Parisien aime s’amuser malgré son statut de réfugié. Préparez des bières bon marché chez vous et accrochez un panneau « Happy hours ». Vous pouvez bien entendu prolonger la soirée tardivement, vers 1h00 du matin. Pas au-delà, afin de ne pas louper le dernier métro… »